Coordonnées Mairie

7, rue des Roches

77760 BUTHIERS

Téléphone : 01.64.24.14.15

Fax : 01.64.24.10.15

mairie.buthiers@wanadoo.fr

Horaires d’ouverture :

  •  lundi : 14h – 17h
  • mardi : 14h – 17h
  • jeudi : 14h – 17 h
  • vendredi : 14h – 16h
  • samedi : 9h -12h

Note : Le Maire reçoit sur rdv.

Attention : le secrétariat de mairie sera fermé du samedi 23 décembre 2017 au dimanche 7 janvier 2018.

Zoom sur Buthiers

La commune de Buthiers compte 768 habitants (Recensement du 1er janvier 2014) répartis entre Buthiers-bourg (300), Auxy (65 habitants), Herbeauvilliers (108) et Roncevaux (295).

Buthiers se trouve dans le Parc Naturel Régional du Gâtinais français et fait partie de la « Communauté de Communes du Pays de Nemours » depuis janvier 2017 ; celle-ci comprend 21 communes.

pnr

Cliquer sur le logo pour entrer sur le site du Parc Naturel du Gâtinais Français.

logo-interco-nemours

Cliquer sur le logo pour entrer sur le site de la Communauté de Communes du Pays de Nemours.

Sites naturels et panoramas

RONCEVAUX

allee-des-tilleuls

Allée des Tilleuls

toits-de-roncevaux

Toits de Roncevaux

 

rue-des-roses

Rue des Roses

 

 

BUTHIERS

clocheton

Le Clocheton

chemin-de-la-baignade

chemin-de-la-baignade

Chemin de la Baignade

 

 

HERBEAUVILLIERS

herbeauvilliers

Rue Grande

gare-dherbeauvilliers

Gare d’Herbeauvilliers

 

AUXY

herbeauvilliers-2

Rue du Château d’Eau

puits-auxy

Puits d’Auxy

chemin-des-hallins

Chemin des Allains

Les associations

Les Ateliers du Soleil

L’année a commencé avec l’exposition « Les grandes vacances ».
40 photos de Robert Doisneau sur le thème des vacances, où chaque visiteur a pu retrouver quelques souvenirs personnels. La projection du film « Le révolté du merveilleux » film documentaire réalisé par l’une des petite-filles du photographe a remporté un grand succès.

En juin, nous vous proposerons une soirée cabaret avec le spectacle de la jeune troupe de théâtre des Ateliers suivi d’une pièce de théâtre. Programme détaillé à venir…
Les ateliers et les stages pour les enfants ont repris depuis le mois de septembre. Tous les mercredis, Guillaume anime l’atelier théâtre et Sonia l’atelier arts plastiques.
Des stages sont proposés pour toutes les vacances scolaires. Le programme des prochains stages est à consulter sur le site : www.lesateliersdusoleil.fr

Conciliafils

Voici la 8 ème année que nous nous retrouvons chacune avec l’ouvrage qui nous passionne..
Si vous êtes intéressées, venez nous rejoindre, pour partager nos connaissances et nous entraider dans des échanges d’idées sur nos passe-temps favoris.
Notre souhait est de se rencontrer autour de travail manuel du fil,
tricot, différentes broderies, crochet, patchwork, points comptés, couture, etc…
Un accueil et une rencontre sympathique dans une bonne ambiance,
Présence sans obligation suivant votre disponibilité.
Nous nous rencontrons le Jeudi toutes les 2 semaines de 14h à 16h30 à la « salle du four à pain » à coté de la médiathèque.
La participation annuelle est de 10 euros
Nous contacter pour connaître les prochaines dates.

Renseignements : 0164241140 ou 0689257999
email :francoiselengyel@orange.fr 

Ombre et Lumière  : cours de peinture, huile et pastel

Horaires des cours : année 2017
9h – 12h : lundi – vendredi – samedi
9h – 11h : mercredi (pastel)
14h – 16h : vendredi – lundi
14h – 17h : samedi
12h – 14h : vendredi.
 Stages proposés par Mireille : 
 lundi 16 janvier : 9h – 12h aquarelle – 14h – 17h huile ou acrylique
lundi 20 février : 9h – 12h aquarelle – 14h – 17h couteau
lundi 13 mars : 9h – 12h aquarelle – 14h – 17h acrylique ou huile
mercredi 10 mai : 9h – 12h pastel – 14h – 17h aquarelle
lundi 29 mai : 9h – 12h aquarelle 

 Renseignement : 01 64 24 18 81 – 06 75 92 33 84 – o_etlum@orange.fr

La société de chasse :

Cette société a été créée en 1936 par une association de propriétaires sur la commune et élit domicile à la mairie de Buthiers pour son siège social. La chasse avait pour but à l’époque de protéger les récoltes tout en apportant une alimentation en viande à bon marché. L’après-guerre a vu apparaître une surpopulation de lapins, une aubaine pour les chasseurs et la population qui avait souffert de la faim : ce qui permettait de faire « bouillir la marmite » La plupart des habitants étaient chasseurs. Malheureusement, dans les années 50, un pharmacien du département de l’Eure qui avait des dégâts dans sa propriété occasionné par les lapins a inoculé un vaccin de sa conception (la myxomatose), encore en vigueur de nos jours. En 2016, la plupart des lapins ont disparu, emportés par cette maladie. La chasse a continué avec un petit gibier très abondant (lièvres, lapins, perdrix, faisans). Après les années 70, ces gibiers ont diminué avec différents facteurs comme le remembrement des terres, les produits phytosanitaires, l’évolution des machines agricoles et la protection des oiseaux de proie. En 2016, il reste des lièvres en faible quantité. La perdrix que nous ne chassons plus depuis une vingtaine d’année, a pratiquement disparu ; quelques faisans sont encore présents sur notre territoire. Vers les années 80, le gros gibier a fait son apparition avec quelques chevreuils et exceptionnellement des sangliers, mais avec une augmentation croissante d’année en année.Le sanglier prolifère rapidement et occasionne de nombreux dégâts dans les cultures et sur les routes. Il a été régulé 10500 sangliers en Seine-et-Marne pour l’année 2015 (35 par la société de chasse de Buthiers). Vers 2010, les grands cervidés (cerfs, biches) ont fait leur apparition sur notre territoire. A ce jour ils continuent de progresser.

M. LEGIVRE (Roncevaux)

Artisans/sociétés

Les artisans, les sociétés de la commune

Artiste peintre et sculpteur
BULL – FASSI Vonny
68, rue des Roches, Buthiers
Tél : 06 77 40 69 45

Brocante
ART ET BROCANTE – M. et Mme ARTOIS
15, rue du Pillage, Buthiers
Tél : 06 23 10 22 17

Carrelage – Placo isolation
CFPK – KIPIENNE Emeric
12, rue du Plateau, Roncevaux
Tél : 06 29 59 71 52
Email : cfpk77@yahoo.fr

Courtier en prêt immobilier, assurances emprunteurs, regroupements de crédits
CABARET Bruno
25, rue des Roches, Buthiers
Tél : 01 79 19 10 10
Portable : 06 33 91 03 27
Email : b.cabaret@cafpi.fr 

Élagage – Terrassement
LEROY Nicolas
26, rue des Vergers, Roncevaux
Tél : 01 64 24 15 46
Portable : 06 09 87 10 49
Email : nicolasleroy28@yahoo.fr

Electricité générale
2MEG – MONTENEGRO Michel
16, rue des Lilas, Roncevaux
Tél : 06 42 90 05 40
Email : sarl2meg@gmail.com

Gardiennage, sécurité – Télésurveillance
Intervention sur alarmes

JORY SECURITE SARL
93, rue des Bois, Roncevaux
Tél : 01 64 24 15 84
Fax : 01 64 24 16 76
Email : jorysecurite@wanadoo.fr

Jardins
LE COIN JARDIN – PARTISOTTI Stéphane
28, rue du Château d’Eau, Auxy
Tél : 01 77 03 03 06
Portable : 06 71 67 40 08
Email : rsv77@hotmail.fr

Plomberie – Chauffage
TONY AFONSO
26, rue des Roses, Roncevaux
Tél : 06 22 89 46 70
Email : tonyafonso@orange.fr

Tatoueur
VM TATOO – M. Martins
8, rue des Roses, Roncevaux
Tél : 06 22 94 94 28
Email : idemguitar@hotmail.com

Taxidermie, naturaliste
AMOUDRY Patrice
68, rue des Roches, Buthiers
Tél : 06 75 97 31 28

Transport messagerie
MANU EXPRESS – NEVES COSTA Manuel
22, rue des Vergers, Roncevaux
Tél : 06 81 76 75 12
Email : manuexpress@free.fr

Restauration

Les Restaurants

AUBERGE CANARD – M. MALLET 91, rue des Roches, Buthiers Tél : 01 64 24 11 79 Facebook : Auberge Canard Buthiers

LES ROCHES GOURMANDES – M. VARNEY et Mme MONTGAULT 33, rue de L’Église, Buthiers Tél : 01 64 24 02 93 Email : lesrochesgourmandes77@yahoo.fr Site internet : www.lesrochesgourmandes.fr

Les deux restaurants de la commune viennent de changer de gérants. C’est l’occasion d’évoquer le passé de ces deux institutions de Buthiers.
A l’origine de l’Auberge Canard, il y a monsieur Jacques Canard… Cela paraît évident ; pourtant, peu de gens s’en souviennent ! Il était né en 1855 à Ménétreuil (près de Louhans – Saône et Loire). En 1883, à la naissance de sa fille Henriette, il habite Paris –rue des Canettes, dans le sixième arrondissement : ça ne s’invente pas ! On ignore sa profession d’alors, ainsi que la raison de son arrivée à Buthiers, dans les premières années du XX° siècle (absent lors du recensement de 1900, il figure sur celui de 1904). Henriette se marie à Buthiers en 1915 ; sur l’acte de mariage, son père est qualifié de « cabaretier ». Les cartes postales anciennes permettent de retracer l’évolution de ce qui n’est encore qu’une buvette très rustique, à la Robinson Crusoé, au pied des roches : tandis que sur la première photo, prise en 1900 ou 1901, cet établissement –qui se situerait tout à fait à droite- ne semble pas encore construit, il figure sur la photo n°2, prise vers 1905/1910 : c’est alors la « Taverne du Rocher », voisine de la « Chaumière des Roches », qui disparaîtra rapidement.

canard-2

Photo n° 2

C’est aussi une vraie chaumière, sur une structure en bois. Derrière ce bâtiment, on aperçoit la petite maison en dur, son habitation. Et, devant l’entrée de son établissement, fièrement campé, le torchon sur le bras, on peut voir le père Canard , le « cabaretier » -ainsi qu’il est désigné dans les actes d’état-civil…Cette buvette est très fréquentée par les promeneurs du dimanche, venus boire une bière ou un rafraîchissement ; elle attire aussi les groupes en goguette, ou les noces en promenade. Il propose aussi une petite restauration, à l’intention des campeurs et varappeurs : les roches de Buthiers ont très tôt attiré les Parisiens. Il est aidé dans sa tâche par sa fille Henriette ; dans les années 30, M. Foussard, de Roncevaux, et sa fille Lucette (Mme Rousseau) viennent en renfort le dimanche. Celle-ci se rappelle encore de la barbichette du père Canard : c’était un personnage ! C’est lui aussi qui entretient le petit chemin à travers les marais, accès direct à son établissement depuis la gare de Malesherbes… Dans les années 1920 (photo n°3), la chaumière conserve son chaume, mais a maintenant de vrais murs en briques.

canard-3

Photo n°3

La fenêtre de droite était déjà visible sur la photo n°1 (elle sert aujourd’hui de passe-plat…).

canard-1

Photo n°1

Le père Canard décède le 9 juillet 1940 à Buthiers ; il a 85 ans. L’acte de décès mentionne sa profession de « cabaretier », il est donc encore en activité. Il rejoint sans doute son épouse, Louise Bouchot, décédée en mai 1929, dans la tombe située derrière l’église, contre le mur : mais, étrangement, ne figure sur cette tombe que le nom de l’épouse (photo n°4) : Henriette, leur fille, qui continue l’activité de la buvette, n’a-t-elle pas les moyens de faire inscrire son nom … ou bien, en ces jours dramatiques, procède-t-elle à une rapide inhumation ?

canard-4

Photo n°4

Peu après, M. et Mme Denis vont reprendre l’établissement, et l’exploiter pendant pendant trente ans ; c’est toujours une modeste buvette, organisant parfois des vins d’honneur. Ils font construire le bâtiment en pierre, à droite de l’auberge (servant aujourd’hui de gîte à la Base) –voir photo n°5.

canard-5

Photo n°5

Mais ils sont expropriés en 1971 par le « District de la Région Parisienne » -future région Ile-de-France- qui acquiert au même moment les 135 hectares de bois de la famille Saïller afin de créer la Base de Loisirs. La photo n° 6 montre l’auberge vers 1970/75 : elle est encore désignée au dos « Auberge des Roches ».

canard-6

Photo n°6

Après une période d’inactivité, l’établissement est confié à Mme Chanclud, salariée de la Base ; puis, en juillet 1982, grâce à une « convention d’occupation du domaine public » (et donc, en tant que locataires de la Base), Evelyne et Jean-Luc Forget reprennent l’établissement qui devient un restaurant apprécié, sous le nom d’ « Auberge Canard ». L’heure de la retraite vient pour eux de sonner, et la Base a confié l’auberge à M. Yannick Mallet, habitant Roncevaux, fils de cafetier, à qui nous souhaitons une longue carrière au pied des roches.

Avant le restaurant « Les Roches Gourmandes », il y a eu l’épicerie de Buthiers… Le bâtiment lui-même date vraisemblablement du dernier quart du XIX° siècle, la rue de l’Eglise ayant été « redressée » sous le Second Empire (auparavant, on montait par la rue des Larris) –photo n°7.

les-roches-gourmandes-7

Photo n°7

En 1891, Honoré Huché est recensé comme « marchand de vin » ; cinq ans plus tard, c’est son gendre Eugène Grison ; en 1901 et 1906, Eugène Grison est toujours marchand de vin, et sans doute aussi cultivateur ; c’est son épouse Isaline (née Huché) qui est déclarée « épicière ».–photo n°8.

les-riches-gourmandes-8

Photo n°8

L’entrée actuelle du restaurant constitue la boutique, et à droite se trouve la salle du café. Ce commerce est repris vers 1930 par Louis Lucas et son épouse Léontine, tous deux originaires de Haute-Vienne ; il est aussi cordonnier (une enseigne en forme de botte est alors suspendue devant l’entrée). Comme dans toutes les épiceries de campagne, on peut y acheter tout le nécessaire de la vie courante : alimentation, droguerie, quincaillerie, mercerie… A leur retraite, vers 1960, ils cèdent ce commerce à M. et Mme Le Gal ; quelques années plus tard, ceux-ci le vendent à un couple de restaurateurs originaires du Sud-Ouest, M. et Mme Cot, qui commencent d’importants travaux et en font la « Taverne Béarnaise » . Celle-ci connaît des problèmes, est liquidée vers 1975, et reprise par M. et Mme Emile Bellais qui créent « Les Roches Gourmandes », restaurant très réputé pendant plusieurs décennies au niveau régional. Ils construisent une grande salle à l’arrière, pouvant recevoir des repas de mariage. Ils cèdent le tout vers 2005 à M. Armand Moulet, industriel à Malesherbes, qui y place plusieurs gérants successifs ; puis le fonds est cédé à Mme Martine Néron, laquelle vient elle-même de le céder à M. Guillaume Varney et Mme Marilyn Montgault , à qui nous souhaitons la bienvenue et un plein succès à Buthiers.

 

Hébergement en gîtes

Nadine et Guy VUILMAIRE : (jusqu’à 6 personnes)
Pour les réservations Tél. 06 48 07 32 58
15, rue des Roches, Buthiers

 

Sandra JOSSE : (jusqu’à 12 personnes)
Pour les réservations Tél. 06 14 24 29 32
5, Chemin de la Messe, Roncevaux

 

Santé, urgences

 

Aucun médecin n’est installé sur la commune de Buthiers, vous pouvez vous rendre sur Malesherbes :

Franck Cavalli – 02 38 34 81 51
7 rue Pilonne, Malesherbes

Isabelle Laveau – 02 38 34 68 11
2 rue Albert Camus, Malesherbes

– Phuong Philippe Nguyen- 02 38 34 95 49
69 rue de la République, Malesherbes

– Christian Plet- 02 38 34 00 53
2, rue du Capitaine Lelièvre, Malesherbes

– Marie-José Valentines – 02 38 34 92 29
27, rue Saint Exupery, Malesherbes

Centre Hospitalier de Fontainebleau

55, boulevard Maréchal Joffre, 77300 FONTAINEBLEAU – 01 60 74 10 10 

Centre Hospitalier de Pithiviers

?10, boulevard Beauvallet, 45307 PITHIVIERS – 02 38 32 31 31 

Centre Hospitalier Sud-Essonne

?26, avenue Charles de Gaulle, 91150 ETAMPES – 01 60 80 76 76 

Pharmacies de Malesherbes

– BARET-CUSIN : 8, rue de Soisy – 02 38 34 80 10

– GATREAUX LAURENCE : 21, rue Albert Camus – 02 38 34 75 17

– CENTRALE : 3, place de l’Hôtel de Ville – 02 38 34 81 35

Déchèterie

Déchèterie de Malesherbes
Adresse : Route de Sermaises
Code postal : 45330
Ville : MALESHERBES
Téléphone : 02.38.34.99.90

 

 

HORAIRES D’OUVERTURE :
Lundi : 8h30 – 12h00 / 13h30 – 17h00
Mardi : fermé
Mercredi : 13h30 – 17h00
Jeudi : fermé
Vendredi : 8h30 – 12h00 / 13h30 – 17h00
Samedi : 8h30 – 12h00 / 13h30 – 17h00

Histoire

mairie-avant

Selon Albert Dauzat (Dictionnaire Etymologique des Noms de Lieux), le nom de Buthiers proviendrait du nom d’homme germanique “Botthar”. D’autres sources optent plutôt pour une une origine Gauloise, dérivée du mot « buria », signifiant « cabane en pierre ».

Buthiers-village et Roncevaux ont relevé sous l’Ancien Régime du domaine du château de Malesherbes (familles de Graville, puis Balzac d’Entragues, puis Lamoignon). Cette dernière famille, propriétaire du château de Malesherbes de 1720 à 1997, a compté parmi ses membres les plus illustres Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, dit M. de Malesherbes, ministre puis défenseur de Louis XVI.

Auxy, mais aussi la paroisse d’Herbeauvilliers, dépendaient de l’Abbaye de Montmartre ; le fermier receveur, détenteur du pouvoir de haute, moyenne et basse justices, résidait dans la grande ferme de ce village, dont on peut encore admirer le porche ancien.
 
Jusqu’au XIXè siècle, la population de nos villages était composée essentiellement de petits paysans et journaliers, vivant de polyculture (céréales, vigne, cultures vivrières…) et d’élevage (bovins, ovins, volailles…).
Les marais de la vallée de l’Essonne, propriétés indivises encore au XIXè siècle des “communautés d’habitants” d’Auxy, Buthiers et Roncevaux, permettaient le pacage des bovins, et fournissaient le chaume ; les coteaux, aujourd’hui boisés, étaient le domaine des moutons ; seul le plateau – très aride au niveau de l’église de Buthiers, de bonne qualité autour d’Herbeauvilliers – permettait des rendements convenables. On peut également noter l’importance passée des zones de jardins, entre les bas coteaux et les marais ; certaines de ces zones – par exemple route de Puiseaux, entre Buthiers et Roncevaux – sont aujourd’hui presque entièrement urbanisées.

chemin-de-fer

La création en 1850 de la “route du Berry”, “de Champrosay à Argent-sur-Sauldre”, devenue N 448, puis D 410, suscita le développement de Roncevaux (et son dédoublement : axe ancien, rue des Lilas, rue des Bois, rue du Plateau ; axe nouveau, rue des Roses). Des habitations résidentielles, voire de villégiature, des commerces (deux cafés restaurants), apparurent aux environs de 1900. L’arrivée du chemin de fer à Malesherbes en 1865 et le développement de la gare (jusqu’à 80 employés) amenèrent une population nouvelle, et relativement importante, de cheminots. Le passage de la ligne « stratégique » Malesherbes-Bourron (1881/1886) entraîna la transformation de certains secteurs de Roncevaux : la promenade actuelle de la “vieille ligne” et la rue des Vergers constituent un tracé délaissé de cette ligne ; la tranchée de Rochefort, a été mise à profit par la carrière de la SAMIN.
Mais malgré les demarches répétées du Conseil Municipal, entre 1890 et 1920, Roncevaux n’a pas eu droit à sa gare… contrairement à Herbeauvilliers ! (Cette ligne de chemin de fer a effectivement rempli son rôle pendant les deux guerres. Fermée au trafic voyageurs depuis 1938, elle a connu ensuite un important trafic de betteraves, puis de sable).
 
Le développement des autres hameaux de la commune, restés à l’écart d’axes de circulation importants, est plus récent. Buthiers-village, quoique détenteur de la mairie-école, est resté très modeste jusqu’au milieu du XXè siècle ; la renommée des “roches de Buthiers” (fréquemment attribuées à Malesherbes : voir les cartes postales anciennes…) n’en était pas moins considérable. Elles sont devenues dès le début du XXè siècle un lieu de détente apprécié des Parisiens, qui trouvaient même là plusieurs “guinguettes”, dont “Chez Canard”…

mairie

Le coteau entre Buthiers-village et l’église s’est bâti à partir des années 1950 ; la rue des Roches a fait l’objet d’un petit lotissement (8 maisons) dans les années 1960. Alors que d’importants secteurs de bois étaient clos, et plusieurs villas “haut de gamme” construites, la Région Ile-de-France décidait dans les années 1970 la création d’une “base de loisirs” sur 150 hectares de bois entre Buthiers-village et Auxy ; l’acquisition par la collectivité de cette zone connue depuis longtemps des amateurs de varappe en a assuré la sauvegarde et le libre accès pour la population. La reconstruction par la Base de Loisirs, en 2001, du “clocheton de la Roche aux Amis”, qui fut longtemps le symbole des bois de Buthiers, a permis de renouer avec le passé de la Commune…

A Herbeauvilliers, resté longtemps un village agricole caractéristique du plateau gâtinais, un lotissement de 7 maisons (rue de la Gare) a été créé dans les années 1970. A la même époque, des villas se sont construites dans des grandes parcelles du “bois du Guichet”. 

herbeau

Dans l’ensemble de la commune, la disparition de la petite exploitation agricole (une cinquantaine de “cultivateurs” en 1938, trois exploitants aujourd’hui…) a libéré un bâti ancien, souvent restauré à usage de résidences secondaires.